Je m’appelle Guillaume Stutin, je vis entre la Tour Eiffel et le Brie de Meaux et je ne sors jamais sans un appareil photo argentique.

C’était fin 2008, je regardais des photos de tournage stéréoscopiques* et j’ai voulu essayer d’en faire. Les méthodes utilisant un appareil photo numérique étaient cher et pas au point, je m’étais alors procuré un Stereo Realist, appareil argentique au contrôle totalement manuel et dépourvus de tout électronique. Totalement novice à la pratique de la photographie, il eu donc fallu que j’apprisse à utiliser l’appareil au prix de beaucoup de photos ratées !

Et puis, au fur et à mesure des essais, je fini par pouvoir contrôler le rendu de mes images. Je poursuivis cette volonté de contrôle en développant mes films à la maison, puis d’acquérir un agrandisseur pour enfin réaliser mes propres tirages.

La photographie argentique permet des possibilités infinis

Pour le noir et blanc, je développe mes films et papiers en utilisant ma recette de Caffenol, révélateur maison à base de café, de cristaux de soude, de vitamine C et de sel.